Archives British Pathé

Bretons Go Gay 1934

« Bretons Go Gay. ‘Queen of Britanny’ (sic) crowned at Clichy » 1930-39

La mise en ligne des archives cinématographiques Pathé anglaises, près de 85 000 vidéos, nous permet de découvrir ce film intitulé « Bretons go gay ».
Pour moi ce film a été réalisé le 23 avril 1934, à Clichy lors de la fête d’intronisation de la nouvelle Duchesse des Bretons de Paris. Fête à laquelle participaient, selon la presse de l’époque, deux sociétés de danseurs les Korollerien Breiz-Izel et le Cercle Celtique de Paris.
On y voit les sonneurs de la Kenvreuriez Ar Viniaouerien (Confrérie des sonneurs de biniou) parmi lesquels on peut reconnaitre : Marcel Audic à la bombarde en costume blanc de Pontivy et Hervé Le Menn à la cornemuse en costume de Plougastel. On distingue, un sonneur en costume léonard qui joue sur ce qui ressemble plus à un pied de cabrette qu’à une bombarde. Les deux cornemuses écossaises que l’on voit sont des cornemuses du type de celles réalisées par Hervé Le Menn à cette époque.
KAV-ClichyKAV-Clichy-2

KAV-Clichy-3

 Embed from Getty Images

30 ans plus tard, en 1964

Embed from Getty Images

Mademoiselle Colette Coatrieux, 20 ans, élue duchesse de Bretagne, photographiée en compagnie de joueurs de bignoux [sic], à Clichy, France le 16 février 1964.

Publicités

Kerguiduff sonneur et vendeur de bonneterie à Nantes

Kerguiduff-a

Carte postale publicitaire des années 1910-1916

Kerguiduff-dos

Étonnante carte publicitaire en deux tableaux – « Traou mad e marchat mad – Jean-Pierre et Marie-Jeanne vendent bon et bon marché« .

Le dos de la carte nous renseigne, il ne s’agit pas de Jean-Pierre, mais de Paul Kerguiduff qui était marchand forain à Nantes, mais originaire du Finistère. C’est sans doute ce qui explique l’emploi de la langue bretonne et de la bombarde, pour attirer le chaland. Il y a cette époque de nombreux bretonnant à Nantes. Un article de presse (1), nous apprend qu’il est d’origine brestoise et membre des Paotred ar Men (amicale des finistérien de Loire-Atlantique), association qu’il ne manque pas d’animer avec son biniou lors des banquets et réunions. Étonnant cette façon de porter les bombardes accrochées autour du cou et, si monsieur joue de la bombarde madame ne joue pas du biniou mais de la cabrette, était-elle auvergnate ?

(1) La Dépêche de Brest, 1 mai 1923.

Semaine-15-01-1922

Publicité du journal La Semaine du 15 janvier 1922