Un concours de biniou à Guingamp ?

A propos d’une carte postale bien connue
CP

Un concours de binious à Guingamp

Pourquoi le photographe et l’éditeur Villard a t’il localisé cette vue à Guingamp ? Après plusieurs recherches il semble bien qu’il n’y pas eu de concours de binious dans cette ville, toujours se méfier des légendes des cartes postales anciennes.

Villard-3

Tirage d’après la plaque de verre Villard – Source : AD 29

2 CP

« Binious bretons donnant l’aubade matinale à la Mariée »

Même séance photo de studio, on profite du décor et on inverse les instruments.

Sonneurs-Villard F

Tirage d’après la plaque de verre Villard – Source : AD 29

Les quatre sonneurs sont sans aucun doute bien de réels sonneurs, contrairement à la mise en scène et aux légendes des cartes fantaisistes.

Violon dans le Mené

Noce au violon à Collinée

Collinée-1906

Noce bretonne à Collinée (22) – Photo prise avant 1906 (cachet de la poste). Véritable photo de noce ?
Les mariés, au centre, sont entourés de jeunes, alors qu’habituellement se sont les parents et grands-parents que l’on retrouve au premier rang. La mariée ne porte pas de signe distinctif, normalement à cette époque, les mariées se remarquent à leurs guirlandes de fleurs d’oranger. Le violoneux, lui pose parfaitement avec son instrument bien en évidence.

Collinée-1906 D

Loudéac, 1913

Ce n’est que le troisième concours de biniou organisé dans les Côtes du Nord après Saint-Brieuc (1881) et Rostrenen (1907) dont j’ai retrouvé la trace. C’est à l’occasion de la venue du ministre de l’agriculture Étienne Clementel pour le Comice Agricole que se tiendra ce concours. C’est le dernier concours avant le début de la Grande Guerre.
Franc-Parleur (Le) 28-09-1913

Le Franc Parleur, 28 septembre 1913

Peu d’information sur le déroulement de ce concours, seuls trois couples sont classés, y a t’il eu d’autres concurrents ?

Le Petit Liberal, 2 octobre 1913
Le Petit Libéral, 2 octobre 1913

Pour en savoir plus sur les sonneurs de la région de Loudéac, voir l’article de Jean Leclerc de la Herverie, les sonneurs du pays de Loudéac, Musique Bretonne, n°96, 10/1989, pp. 3-7.

Concours de Biniou :

1er prix, 30 fr. : équipe Donnio fils de La Motte
A la première place les jeunes avec la famille de sonneurs de La Motte, les deux fils : Donnio Albert (1893 La Motte – 1937 Paris) et Léon (1894 La Motte – 1975 Loudéac), avant leur départ pour Paris suite à la guerre 14-18.

JPEG - 307.7 ko

Les binious de La Motte (22) – Au centre le père Donnio Louis, au biniou le fils Albert et à la bombarde le petit dernier Eugène.

2e prix, 20 fr. : équipe Gloux
A la deuxième place les anciens avec :
Gloux Théophile (1883 Loudéac -1922) bombarde, maçon de métier.
Donnio Louis (1860 – 1925), le père du couple vainqueur, cultivateur à La Motte.

3e prix, 10 fr. : équipe Launay
Joseph Launay (1869 Saint Barnabé -19??), cultivateur, avec qui a-t’il fait équipe ?

Franc-Parleur (Le) 28-09-1913D

Vannes, 1913

Après Vannes (1899), Quimperlé (1901), Auray (1902), Gourin (1904), Carnac (1906), Rostrenen (1907) et Redon (1912) le concours de Vannes (1913) est le huitième organisé par l’Union Régionaliste Bretonne. Il est organisé le dimanche 28 septembre, un programme qui reste inchangé, avec le concours de biniou et de costumes en fin de congrès.

Journal de Ploërmel du 05-10-1913

Journal de Ploërmel, 5 octobre 1913.

Alors que les sonneurs sont encore nombreux dans le pays de Vannes, quatre couples seulement se présentent. En comparaison, le concours de 1912 organisé à Redon avait attiré 18 couples. Est-ce la concurrence entre les nombreux autres concours ou le montant des prix qui est assez faible, 20 fr. au premier, en comparaison de Brest ou Quimperlé qui offre 70 fr. au premier ? En 1913, j’ai retrouvé six concours en deux mois, ce seront les derniers avant la grand guerre qui débutera l’année suivante.
27 juillet à Pont-Aven au pardon des Fleurs d’Ajoncs
27 juillet à Brest, foire exposition
31 aout à Hennebont organisé par la FRB
7 septembre à Quimperlé
28 septembre à Vannes par l’URB
29 septembre à Loudéac
Le public semble lui aussi beaucoup moins nombreux, une centaine de spectateurs, bien loin de l’affluence notée en 1899 au premier congrès de l’U. R. B. organisé dans cette même ville. Depuis il y eu une scission en 1911 avec la création de la Fédération Régionaliste Bretonne (F. R. B) qui vient de tenir sont congrès à Hennebont, l’élan des premières années est rompu.

Dans l’exposition La Roche de Vannes et Jacob de Keryado sont remarqués et récompensés pour la présentation de « binious et bombardes« .
On retrouve Jean-Pierre Jacob, célèbre tourneur et sonneur de Keryado, qui avait déjà exposé ses instruments au congrès de la F. R. B. de Hennebont le mois précédent.
Quand à La Roche : il s’agit de Lucien La Roche de Vannes, professeur de musique, compositeur, qui tient aussi le magasin musique de sa ville. Il est aussi membre de l’U. R. B. Lucien La Roche, n’est pas tourneur comme Jacob, il n’est que revendeur, il ne présente donc pas ses réalisations, qui était son fournisseur ?
Voir : Roland Becker, Lucien Laroche, Musique Bretonne, n° 212, 01-2009, pp. 20-23.

Courrier morbihannais (Le) du 12-10-1913

Le Courrier Morbihannais, 12 octobre 1913.

Concours de binious :
1er prix, 20 fr. : MM Adolphe Fanen de Saint-Avé et Prosper Le Paves, de Saint-Avé. Fanen Adolpe (1839 Saint-Avé – 1921 Saint-Avé), bombarde, meunier, père de Jean Fanen.
Le Pavec Prosper François (1893 Saint-Avé-1934 Vannes), biniou, cultivateur à Coëdigo Malenfant en Saint-Ave, il épouse la fille de Mathurin Le Gleuher autre sonneur de Saint-Avé.
Ce couple participe au concours de Redon (1912).

2e prix, 15 fr. : Jean Fanen de Saint-Avé et Mathurin Le Gleuher, de Saint-Avé.
Fanen Jean-Marie (1881 – 1961) bombarde, meunier à Saint-Avé, fils de Adolphe Fanen qui gagne ce concours. Participe au concours de Redon (1912).
Le Gluher [Gleuher] Mathurin (1866-1940) biniou, tisserand à Saint-Avé.

3e prix, 10 fr. : M. Ollivier de Vannes et Mathurin le Roux, de Vannes.
Mathurin Le Roux : participe au concours de Carnac (1906), sonneur non identifié.
Pierre-Marie Ollivier de Vannes, sonne toujours dans les années 1930, sonneur non identifié précisément.

Logo_Union_Régionaliste_Bretonne_1931

Quimperlé, 1913

C’est le deuxième concours organisé à Quimperlé après celui de 1901. Il s’inscrit dans une journée de Fête Bretonne, avec principalement un tournoi de lutte bretonne (Championnat de Bretagne), mais comprenant aussi un concours de danses et de costumes comme c’est devenu la coutume au début du XXe siècle.

A Bobl 30-08-1913

Ar Bobl du 30 aout 1913

En comparaison avec les nombreux autres concours de l’année 1913, ce concours est plutôt bien doté en prix avec 70 fr. au vainqueur. La presse note la participation de 12 couples, le montant des prix explique le nombre important de concurrents.

Courrier du Finistère 13-09-1913

Concours de binious :
1er prix, médaille de vermeille et 70 fr. : Collobert et Durand de Bannalec
Coroller Yves (1881-1948) de Bannalec, bombarde, aveugle, sonneur habitué du concours de Pont-Aven, il participe au concours de 1905 et 1907.
Durand Jérôme (1869 Kernevel – 19??) biniou, charron à Trolan en Kernevel.

2e prix : Gaillard et Lalaizon fils de Quimper (selon Ouest-Éclair 9 septembre 1913)
Gaillard François (1876 Quimper – 1922 Ergué Armel), ménétrier à l’état-civil, de Quimper.
Lalaizon François Guillaume (1871-1930) marin pêcheur et joueur de biniou de Quimper, famille de sonneur.

3e prix : Gestin et Salaun de Bannalec.
Gestin Augustin (1866 Guiscriff – 1938 Scaër), joueur de biniou et cultivateur à l’état-civil de Scaër.
Salaun Auguste Isidore (1897 Bannalec – 1976 Quimperlé) bombarde, il prend la suite de son père et de son grand-père.

4e prix : Gourmelin et Guerzéder de Quimperlé.
Gourmelin Auguste (1866 Riec-sur-Belon – 1942 Quimperlé), bombarde, peintre-vitrier de Quimperlé, sonneur habitué du concours de Pont-Aven.
Guerzéder [Guersader]: sonneur non identifié, participe avec Auguste Gourmelin au concours de Pont-Aven (1913).

5e prix : Gueguen et Bourdon.
Bourdon Thomas Louis (1869 Plozevet – 19??) cultivateur au Pouldu en Plozevet
Gueguen : grande famille de sonneur de Plozevet, avec lequel Thomas Bourdon fait-il équipe ?

Tous les autres concurrents non classés ont reçu 10 fr.

L'Union Agricole 22-09-1912

Incendie chez Thomas Bourdon, Le Courrier du Finistère, 22 septembre 1912.