Conférence : Jean Guillerm #2

Ti an Holl à Plestin-les-Grèves : mercredi 6 novembre à 20h30

Guillerm f

Jean Guillerm de Belle-Isle-en-Terre (1857-1922) premier sonneur de Bagpipe en Bretagne

Jean Guillerm sur France 3

A la fin du XIXe siècle, Jean Guillerm rapporte dans son Trégor natal un instrument alors inconnu en Bretagne : la cornemuse écossaise. Il en joue dans toutes les fêtes avec son trio et contribue à populariser l’instrument. Une exposition itinérante lui est consacrée par Dastum bro Dreger et Ti ar Vro.

Pontivy, 1903

Deuxième concours organisé à Pontivy après celui de 1894.

Au début du mois de juillet les Fêtes municipales de Pontivy sont organisées avec cavalcades, Bals et courses de chevaux.  Mais les festivités débutent par un concours de binious.
Le concours est organisé sur le champ de foire où se trouve installée une table pour le jury en face de laquelle on pose des planches sur tréteaux pour les concurrents.
Le concours commence. Les joueurs rivalisent de zèle et de talent. Le jury très embarrassé pour décerner ses prix, tant les artistes du biniou apportent d’attention et de goût au concours, fait jouer un nouveau morceau afin de pouvoir mieux juger.
Enfin le classement s’opère, et les membres du jury, ravis de l’exécution de certains concurrents, créent un prix spécial de bombarde. Le comité des fêtes ajoute un prix d’ensemble, et tout le monde part, musique en tête au bal d’enfants où les lauréats seront nommés. (Journal de Ploërmel, 5 juillet 1903)

Peu de renseignements sur ce concours, qui étaient les membres du jury ? combien de concurrents ? Je n’ai pas retrouvé de photos. Seuls trois couples sont classés

Journal de Ploermel 5-07-1903

1er prix, 20 fr. – Martin et Labbaye, de Talcoët Noyal en Pontivy
2e prix, 15 fr. – MM Le Bail et Le Nouveau, de St Caradec Tregomel
3e prix, 10 fr. Le Dantec et Le Strat, de Pluméliau
Prix spécial bombarde, offert par le jury : M Le Nouveau, de St Caradec Tregomel
Prix d’ensemble, offert par la commune : Le Dantec et Le Strat, de Plumeliau

1er prix, 20 fr. – Martin et Labbaye, de Talcoët Noyal en Pontivy
Labbaye ou Labbay : sonneur non identifié
Joseph Martin (18?? – 19??) menuisier à Pontivy : habitué des concours, il participe avec Julien Le Tulzo (1867 Noyal-Pontivy -1934) aux concours de Vannes (1892) et avec Mathurin Le Norcy (1862 Noyal-Pontivy – 1915 Naizin) au concours de Pontivy (1894)

2e prix, 15 fr. – MM Le Bail et Le Nouveau, de Saint-Caradec Tregomel
Le Bail : Sans doute Mathurin Le Bail (1866-19??) de Meslouan en Saint-Caradec-Tregomel
Le Nouveau : Le Nouveau Jean-Marie (1875-1953) de Ploërdut

3e prix, 10 fr. Le Dantec et Le Strat, de Pluméliau
Le Strat : Jean-Marie Le Strat (1861 Pluméliau -1940 Pluméliau), cultivateur à Saint-Nicodème.
Le Dantec : Jean-Mathurin Le Dantec (1868 Pluméliau – 1937 Baud) cabaretier, rue de Pontivy à Baud.
Couple classé 9e à Vannes (1899)

Quimperlé 1901

Le deuxième concours organisé par l’U. R. B.

Après Vannes (1899), l’U. R. B. (1) organise un nouveau concours à Quimperlé pendant son congrès annuel.

Progres du Morbihan 11-09-1901

Le Progrès du Morbihan 21 septembre 1901

Suivant les titres de presse le nombre de sonneurs participant est variable, autour d’une cinquantaine, les titres les plus précis notent la présence de 23 couples. On retrouve toujours les mêmes remarques sur la cacophonie que provoquent de tels rassemblements.
« Ils sont bien là une centaine, binious et bombardes, et soufflent à pleins poumons. Peut-être eussent-ils dû jouer tous le même air, mais comme il n’y a pas eu de répétition préalable chacun joue le sien sans plus de façon et cela fait un ensemble extraordinaire de puissance, mais à décourager Wagner en personne ! » (Le Courrier des Campagnes, 25/09/1901)

« Les 40 paires de binious
Ah ces binious ! Le dimanches 22 septembre une énorme affluence animait les rues grimpantes et descendantes de la vieille cité abbatiale. Quarante paires de binious dévalaient de la gare, rue de l’Hôpital. Quarante paires de binious avaient été convoquées par M. Le Louëdic, qui faisaient royalement les choses. En vain, je ne sais quel ami des harmonies disciplinées on engageaient les rustiques sonneurs à jouer tous le même air. Mais allez persuader un biniou de se laisser couvrir par le confrère d’à côté ! Enfin, sur les dix heures, les concurrents sont massés place Nationale, devant l’estrade où trône le jury […] » (Ouest-Éclair, 28 juillet 1935)

Le jury est présidé par un des frères Le Rodallec, Charles ou François-Louis le prénom variant selon les titres de la presse. Je pense qu’il s’agit de François-Louis qui est musicien, il est assisté d’Alfred Lajat et du Docteur Piquenard.

Le concours démarre à 10 heures et dure deux heures, ce qui laisse moins de 6 minutes par passage avec les changements. J’ai déjà remarqué le peu de temps laissé aux concurrents pour s’exprimer dans ces concours. Les sonneurs passent deux par deux sur l’estrade et commencent par un air de leur choix et poursuivent par un autre qui est imposé, sans plus de précision sur cet air (Ouest-Éclair, 28 juillet 1935). Le public en cercle autour de l’estrade, les applaudit « tant pour leur habilité professionnelle que pour leurs costumes« .

A la suite du concours de sonneurs un concours de costumes est organisé. L’organisation demande aux concurrents et aux spectateurs de  « […] venir à cette belle fête, revêtus de leurs plus beaux costumes, afin de la rendre plus brillante ». Trois prix sont attribués. Le premier pour les costumes de Cornouailles qui comprend les arrondissements de Quimperlé, Quimper et Chateaulin, le second pour le reste de la Bretagne et un troisième pour les familles. Les prix seront attribués aux personnes portant les costumes les plus riches et les plus purs au point de vue du caractère breton. (Le Nouvelliste de Morbihan, 12 septembre 1901)

Résultats du concours de binious :

1er – Gestin & Coroller ou Salaun
2e – Boulic & Salaun ou Coroller
3e – Gourmelin & Rolland
4e – Bihan & Pouliquen
5 – Huiban & Lessard
6e ex – Guernalec & Louis Bihan
6e ex – Parc & Le Bail
7e – Cotonnec & Naour

Le résultat du concours de costumes est intéressant, on y retrouve à la 3e place un Jacques Vincent de Saint-Tugdual qui semble être un sonneur de biniou : Jacques Vincent (1845 Priziac – 1927 Croisty)

1er – Gestin & Coroller ou Salaun
Gestin : Auguste Gestin (1866 Guiscriff – 1938 Scaër) biniou. Deuxième du grand concours de Brest (1895).
Coroller : Yves Coroller (1881-1948) aveugle du bourg de Bannalec, participe au concours de Vannes (1892).
Salaun : François Salaun (1839 – 1913 Bannalec), bombarde.

2e – Boulic & Salaun ou Coroller
François Boulic (1848 Scaër – 1911 Kernevel) biniou, surnommé : Boulig Koz, déjà vainqueur de deux concours Vannes (1892) et Brest (1895).

3e – Gourmelin & Rolland
Gourmelin : Auguste Gourmelin (1866 Riec-sur-Belon – 19?? Quimperlé).
Rolland : Jean-Louis Rolland (1882-1964) de Rédené.
Ce couple a terminé 3e à Vannes (1899).

4e – Bihan & Pouliquen
Pouliquen : sonneur non identifié, participe au concours de Brest (1895).
Bihan : sans doute Maurice Le Bihan (1866 Guscriff – 1932 Reims) frère de Louis classé 6e.

5 – Huiban & Lessard
Huiban : sonneur non identifié.
Lessard : sonneur non identifié, participe au concours de Brest (1895).

6e ex – Guernalec & Louis Bihan
Louis Bihan : Louis Le Bihan (1863 Guiscriff – 1906 Guiscriff), frère de Maurice classé 4e.
Guernalec : François Guernallec (1862 Quimperlé – 1933 Bannalec), cultivateur à Bannalec.

6e ex – Parc & Le Bail
Le Parc : Sonneur non identifié précisément.
Le Bail : Sans doute Mathurin Le Bail (1866-19??) de Meslouan en Saint-Caradec-Tregomel .
Couple vainqueur du concours de Vannes (1899).

7e – Cotonnec & Naour
Cotonnec : Sans doute François Cotonnec de Riec-sur-Belon, surnommé : sac’h biniou
Naour : François Naour (1861 – 1931 Riec-sur-Belon) bombarde, aveugle, surnommé : ar soner bihan, participe au concours de Brest (1895).

Le jury :
François-Louis Rodallec (1849-1935) directeur d’école et secrétaire de mairie à Scaër, précurseur, il est le premier à s’intéresser à la lutte bretonne qu’il commence à codifier, musicien il fonde la première Musique Municipale de Scaër en 1895, il est aussi l’un des premiers à collecter des airs directement auprès des sonneurs. Il existe un manuscrit, toujours inédit de ses collectages. Il a déjà participé au jury du concours de sonneurs de Vannes (1892) et de Brest (1895).
Alfred Lajat (1872-1952) (Mab an Argoat) imprimeur et journaliste en bragou-ber de Scaër.
Docteur Piquenard (1872-1940) de Quimper (Mab Ronan) en bragou-braz de Cast.

Deux photographes, sans doute attirés par l’annonce de la présence de nombreux costumes vont éditer six cartes postales de ce concours.

7

474  Quimperlé – Le concours de Binious des fêtes de l’U. R. B. – L’arrivée des Exécutants

Cette carte postale, nous montrent cinq couples de sonneurs, tous en blouse, aucun deux n’a été identifié.

6

475 – Quimperlé – Concours de binious aux fêtes de l’U. R. B. – Devant le jury

Le couple devant le jury est identifié, il s’agit de Jean-Louis Le Lay (1858 Priziac – 1911 Carhaix) au biniou et à la bombarde il s’agirait de Pierre Le Mentec du Croisty.

Derrière le couple de sonneurs au centre Régis de L’Estourbeillon (1858-1946) député royaliste du Morbihan, fondateur de l’U. R. B. Sur la droite deux personnages en costume breton pourraient s’agir du Docteur Piquenard (Mab Ronan) en bragou-braz de Cast. Certains ont cru reconnaitre Théodore Botrel en costume breton à l’extrémité, mais aucun articles de presse ne note la présence du célèbre chanteur à ce concours. Il s’agit plus vraisemblablement d’Alfred Lajat (1872-1952) en bragou-ber  comme le décrit la presse, troisième membre du jury.

1901 Quimperlé

Deux vues du même couple sur barriques, avec comme spectateur sur le côté un autre couple de sonneurs, biniou sous le bras, qui figure sur la vue précédente « Devant le jury« .

Deux angles différents, la première vue est du photographe Hamonic de St Brieuc, la deuxième est de Villard qui lui est photographe à Quimper. Si la première en légende indique « Binious primés« , la deuxième précise, « Binious de Nevez – Lauréats au concours de costume ». Ce couple n’est pas identifié. Nous avons donc ici, un couple de Nevez, primé au concours de costume, mais qui n’apparait pas dans les résultats du concours de binious. Il apparait donc que ce concours n’a pas été que musical, des prix ont aussi été attribués aux plus beaux costumes.

1901 Quimperlé 1

Encore deux photographes pour une même scène : Villard comme Hamonic qui légendent « Binious du Faouet »

Cette fois les couples sont inversés. On retrouve sur la première vue au pied des barriques le couple de Nevez des vues précédentes, le biniou à gauche, on aperçoit la bombarde à droite.

Le couple de Nevez en sabot, guêtres et bragoù berr attire l’œil. Pas étonnant que les deux photographes, se soient intéressés à eux. Alors que comme le montre la première carte la plupart jouent en costume de ville ou en blouse. Pour donner plus de pittoresque à la scène, ils les juchent sur deux barriques alors que le concours a eu lieu sur une estrade.

1a

Le photographe Hamonic qui est aussi peintre et dessinateur reprend la scène en la transformant, la légende n’a plus rien à voir avec le concours de 1901.

(1) Union Régionaliste Bretonne