Violon dans le Mené

Noce au violon à Collinée

Collinée-1906

Noce bretonne à Collinée (22) – Photo prise avant 1906 (cachet de la poste). Véritable photo de noce ?
Les mariés, au centre, sont entourés de jeunes, alors qu’habituellement se sont les parents et grands-parents que l’on retrouve au premier rang. La mariée ne porte pas de signe distinctif, normalement à cette époque, les mariées se remarquent à leurs guirlandes de fleurs d’oranger. Le violoneux, lui pose parfaitement avec son instrument bien en évidence.

Collinée-1906 D

Cartes des Sonneurs Bretons

Après avoir établi une liste des anciens sonneurs de biniou & bombarde, j’ai mis en carte ce fichier pour une meilleure lecture de la répartition et de l’activité de ces sonneurs. Je n’ai pris en compte que les sonneurs de l’ancienne génération, en activité entre 1850 et 1950, avant le renouveau de la B. A. S. (Bodadeg ar Sonerion) de 1945. Pour l’instant sur cette carte : 220 fiches de sonneurs. Je précise que j’ai vérifié l’état civil, la profession et l’adresse le plus souvent qu’il m’a été possible de le faire. Attention, toujours 4 sonneurs référencés sur Paris…
Je suis bien sûr preneur de toutes informations permettant de corriger ou compléter cette carte. En cliquant sur un point, la fiche du sonneur apparait et peut-être bientôt sa photo…

Pour une lecture en mode pleine écran cliquer sur [  ] en haut à droite de la carte.

 

 

 

Sonneurs Bretons ?

L’image peut être trompeuse

550_060

Photo extraite d’un album des années 1890, légendée : vieux bretons (sonneurs)

550_061

 

 

 

 

 

 

Ce n’est pas un hautbois (bombarde), mais une clarinette. Une clarinette à clés plates, on distingue bien les renflements supports des clés.

550_062

 

Le « biniou » parait lui des plus improbables. La poche semble être un ballon (baudruche). Le bourdon est un corps de hautbois ou clarinette, on distingue une clé et le pavillon. Le long levriad ne ressemble lui a rien de connu. Biniou factice, jouet

 

 

 

Musiciens de cirque (clowns) de théâtre, d’opérette ou bien carnaval (déguisement), même si le costume peut faire penser à la Bretagne.

Sans titre

Dans le même style les célèbres frères Kernevels, qui ne sont ni frères, ni bretons, ni sonneurs, mais acteurs et chanteurs de théâtre. Les Kernevels qui posent ici avec un biniou dont le levriad est remplacé par ?

 

Jean Douirin 1892-1974, tourneur à Plozévet

Douirin3Douirin10

Août 1946, Jean Douirin essaie ses instruments (Photo Dan Lailler, MuCEM)

Né en 1892, Jean Douirin a été le dernier des facteurs de biniou de l’ancienne génération, il décède à Plozévet en 1974. Il exposera ses instruments en 1942 à la Foire de Rennes qui avait décidé de mettre en avant l’artisanat régional. Une équipe d’ethnomusicologues du musée des Arts et Traditions Populaires, conduite par Claudie Marcel-Dubois fera l’acquisition à Plozévet chez Jean Douirin en 1946 d’un couple biniou et bombarde. Ces instruments seront ensuite exposés en 1951 au musée des A. T. P. pour une grande exposition consacré à l’art populaire en Bretagne. Aujourd’hui, ils sont conservés au MuCEM à Marseille.

Douirin13Douirin14

Août 1946, Jean Douirin creuse au couteau dans un élément de bourdon (Photo Dan Lailler, MuCEM)

Toujours en activité en 1955, Jean Douirin livre un biniou au Musée Bigouden de Pont l’Abbé. Ce biniou fera les faits divers de la presse locale en 2010. Il apparait après un inventaire du Musée que l’objet conservé dans les vitrines n’est qu’une copie. L’original ayant été échangé, au début des années 1960, par Yann-Kaourintin Ar Gall [Jean Corentin Le Gall] (1945-1995), grand sonneur de bombarde et luthier du pays bigouden.

Il parait paradoxal que les artisans du renouveau musical breton des années 1940/50 que sont Polig Monjarret et Dorig Le Voyer ne se soient pas plus intéressés à cet artisan en pleine possession de ses moyens, âgé seulement de 58 ans en 1950. Au début des années 1950, au moins deux tourneurs de biniou de tradition sont toujours en activité dans le sud Finistère : Pierre Jacob (1896-1954) à Pont-Aven, fils du célèbre Jean-Pierre Jacob de Keryado et Jean Douirin à Plozevet.

Douirin20

Douirin20d3      Douirin20d7Douirin20d6Douirin20d8   Douirin20d5

Douirin20d9

1946 – Tuyaux et souches en ébène tournés, avec incrustation en étain de Jean Douirin.

 

 

 

 

Douirin1

1944 – Bombarde tournée par Jean Douirin en buis, incrusté d’étain, bagues en os.

Source : MuCEM

 

 

 

 

 

Jean Douirin est aussi un sonneur de biniou. Avec son compère et ami Louis Guéguen (1892-1962), ils animent les fêtes de Plozévet des années 1920-40.

Tal ar Sonerien

Louis Guégen (1892-1962) à la bombarde et Jean Douirin au biniou en 1923. Source : A Plozévet autrefois, Tal ar Sonerien (bult. communal), n°38 – 2016, p. 25.

Depeche de Brest 11-07-1938

La Dépêche de Brest, 11 juillet 1938

Juillet 1938, le ministre de la Marine César Campinchi est accueilli sur le terrain d’aviation de Pluguffan par les binious de Plozévet : Louis Guéguen et Jean Douirin.

Le Finistere 16-07-1938

Le Finistère, 16 juillet 1938

Nos sonneurs ont sans doute été enregistrés sur un disque à gravure directe, réalisé à un seul exemplaire, qui est à retrouver. Si on peut écouter, aujourd’hui, Louis Guéguen grâce aux enregistrements Mouez Breiz des années 1950-60, Il n’y a pas d’enregistrement disponible de son compère.

Lallier