Huelgoat, 1921

Les fêtes bretonnes d’Huelgoat de 1921

Les Syndicats d’Initiative breton et le Collège des Bardes bretons organisent en septembre 1921 une grande fête à Huelgoat. La presse annonce la présence de personnalités comme le maréchal Foch et Yves Le Troquer. Ministre des Travaux Publics. C’est en cette occasion que Louis Le Bourhis, de Quimper, eut l’idée d’organiser la Fête des Reines de Cornouaille qui deviendra le Festival de Cornouaille.. Plusieurs concours sont organisés : chants, danses, costume et biniou ; auquel il faut ajouter des expositions d’arts et des tournois de lutte bretonne ainsi que des jeux bretons.
L’Illustration, 4 septembre 1921

Grand défilé de tous les concurrents avec les lauréats en tête de chaque catégorie. Tous les binious, pendant le défilé, joueront le Sao Breiz Izel. (La dépêche de Brest, 19 aout 1921)

Le concours de biniou est richement doté, six cents francs de prix sont prévus, distribués pour quatre couples : 200, 150, 100 et 50 fr. et un prix spécial de 100 fr réservé « aux binious neufs » (L’Éclaireur du Finistère, 17 septembre 1921) Que signifie : « binious neufs » ? Est-ce une cornemuse écossaise ? Hormis Jean Guillerm (1857-1922) de Belle-Isle-en-Terre qui est le premier sonneur connu à avoir utilisé cet instrument, il faut attendre ensuite 1930 pour trouver les premiers sonneurs de cornemuse écossaise en Bretagne avec Gildas Jaffrennou (fils de Taldir).

En réalité je pense qu’il d’une coquille typographique et qu’il faut lire « binious seuls », organisé soit pour des sonneurs n’ayant pas de compère ou par volonté de récompenser un soliste au biniou.

Il s’agit là du premier grand concours de l’après-guerre. Je n’ai pas retrouvé d’indication sur le nombre de concurrents, mais aux vues des quelques photo disponibles, une quinzaine de couples au maximum se sont présentés.

Excelsior, 20 septembre 1921

Le jury est composé du docteur Le Coquil de Châteauneuf-du-Faou, d’Alfred Lajat de Morlaix et de Maurice Duhamel de Penvenan.
Duhamel de son vrai nom Maurice Bourgeaux, (1884-1940), fils d’un marchand de charbon de Rennes, était un musicien, journaliste et un homme politique breton. Excellent musicien, il est aujourd’hui reconnu pour avoir publié Musique Bretonne en 1913, important ouvrage de collectage.
Alfred Lajat (1872-1958), ami de Taldir (Jaffrennou), imprimeur, membre du Gorsedd

« le concours de danses bretonnes chantées où triompha la gracieuse, chaste et mutine « dérobée » ; le concours de binious et de bombardes où triomphèrent le fameux Léon, de Carhaix ; Michel, le vieux Michel qui depuis 47 ans fait danser les gars et les filles du pays ; et l’Aveugle Le Garrec ; puis ce fut le tour des jeux et sports bretons, la lutte dans la prairie de la roche branlante. » (Le Petit Journal, 2 octobre 1921)

Selon La Dépêche de Brest du 21 et 22 septembre 1921 : « Concours de binious : Il fut très disputé surtout entre deux bombardiers, tous deux de premier ordre, entre le jeu desquels le jury dut avoir quelque peine à se prononcer. Le classement a été initialement établit comme suit : »
1er prix, 200 fr. : François Léon et Loc Menguy de Carhaix.
François Léon (1871 Carhaix – 1941 Carhaix), bombarde, coiffeur à Carhaix, surnommé : Léon Bihan.
Menguy Yves (1865-193?) de Plévin, biniou et taupier, surnommé Loc.

Suite à une erreur sur les prénoms des frères Léon le classement sera corrigé dans l’édition du lendemain : « Carhaix – Erratum : On nous écrit : Dans notre numéro en date du 21 septembre, au sujet du concours de binious, nous avons annoncé que le premier prix avait été attribué à M. François Léon de Carhaix. C’est une erreur, c’est Guillaume Léon, dit le Grand Léon, qu’il faut lire. »

Classement corriger :
1er prix, 200 fr. : Guillaume Léon et Loc Menguy de Carhaix.
Guillaume Léon (1870 Carhaix – 1950 Plouguer), bombarde, coiffeur à Carhaix, surnommé : Léon Braz.

2e prix, exæquo, 75 fr. : Bidan frères de Langonnet.
Il ne s’agit pas de frères mais de :
Bidan Michel (1861 Langonnet – 1923), bombarde, charron à Langonnet et de son beau-frère : Le Gall Jean-Nicolas (1878-1960) de Langonnet, au biniou, charron lui aussi.

2e prix, exæquo, 75 fr. : Coroller et Gestin de Bannalec.
Coroller Yves (1881-1948) aveugle de Bannalec, joueur de hautbois à l’état civil, surnommé Youenn Dall.
Gestin Augustin (1866 Guiscriff – 1938 Scaër) au biniou, cultivateur et joueur de biniou à l’état-civil, surnommé : le père Gestin.

Prix du biniou neuf, 100 fr. [biniou seul] : Guéguen de Plozevet.
Guéguen : grande famille de sonneurs à Plozevet, il doit s’agir de Louis Guéguen (1892-1962) du Gored à Plozevet, surnommé Jean Pouf ?

Primes d’encouragement (apprentis binious), 10 fr. : Pierre Gerbet, 12 ans du Faouet.
Pierre Gerbet (1909-19??) fils de Nicolas Gerbet (1879 Le Saint – 1945 Le Faouet) qui a participé au concours de chant ou il est classé 10e.

On retrouve deux sonneurs classés aux concours de chant :
4e prix, 7 fr. 50 : François Léon, dit « Bi-Bian » de Carhaix.
10e prix, : Nicolas Gerbet

Le Rire 1921

2 réactions sur “Huelgoat, 1921

  1. Juste une remarque: lors de cette journée, ce fut Catherine Maltret-Guern, de Plouyé, la grande informatrice de Loeiz Ropars et de Donatien Laurent, qui gagna le concours de chant soliste.

    • C’est ce qui est écrit à partir des années 50, mais selon la presse de l’époque elle est classée à la 12e place et ne figure pas dans le classement du concours de « danses chantées » [Kan ha diskan]. En plus son état civil est pour moi fautif, elle est née à Lencleuzen en Kergloff le 23/02/1874 et est décédée à Huelgoat le 13/12/1967.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s