Quimper, 1908

Un concours de biniou à Quimper en 1908

En octobre 1908 la ville de Quimper organise en grande pompe l’inauguration d’un monument « aux morts pour la patrie » suite à la guerre de 1870 et à la mémoire du Maréchal de la Tour d’Auvergne (1743-1800), premier grenadier des armées françaises.
Quimper 1908

Discours des autorités et réceptions sont bien sûr au programme, mais l’inauguration comprend aussi une partie plus festive avec un tournoi de lutte, un concours de danses et de biniou.

Une série de cartes postales marquées E. L. D. et, le classement du concours publié dans la presse locale nous permet aujourd’hui l’identification des concurrents.  Sur 8 couples classés (15 concurrents), je possède pour le moment les vues de 5 couples. Il ne reste plus qu’à remettre le tout dans l’ordre.

1er – Boulic & Coroller de Scaër, 50 fr.
2e – Bodivit & Guéguen de Quimper, 40 fr.
3e – Guéguen de Plozévet & Kerloch de Plouhinec, 30 fr.
4e – Mocaër & Gourlaouic de Rosnoën, 26 fr.
5e – Gaillard & Lalaison de Quimper, 10 fr.
6e – Hémidy père & fils, d’Ergué-Gabéric, 10 fr.
7e – Volant de Plonéour & Y. Boissel de Tréogat, 10 fr. (selon le Courrier du Finistère) / Rolland (François) & Boissel (selon Ouest-Éclair qui me parait erroné)
8e – Marot de Juch & Le Hénaff de Goulezien / Goulizon / Goullen suivant les titres
Le jury : MM. Bodereau, Le Rodallec de Scaër, F. Le Guyader, Le Fèvre, Denic, Corre.


1er prix :
505

Boulic : François Boulic (1848 Scaër – 1911 Kernevel), un habitué des concours, vainqueur à Vannes en1892 et à Brest en 1895, surnommé : Boulig Koz
Coroller : Yves Coroller (1881-1948) aveugle du bourg de Bannalec


2e prix :

Sans titre
Bodivit : sans doute Louis-Noël Bodivit (1848-19??) cultivateur à Gouesnarch, biniou
Guéguen de Plozevet : s’agit-il d’Alain-Pierre Guéguen (1845 Pont-l’Abbé – 1909) bombarde, surnommé : Penn ar pont ? Guéguen, passe deux fois, il est classé à la 2e et 3e place.


3e prix :
Guéguen de Plozevet : s’agit-il d’Alain-Pierre Guéguen (1845 Pont-l’Abbé – 1909) bombarde, surnommé : Penn ar pont ? Guéguen, passe deux fois, il est classé à la 2e et 3e place.
Kerloch de Plouhinec (29) : un des deux frères Kerloch. S’agit-il de Jean Kerloch (1875 – 1960) aveugle, surnommé : Yann Dall ou François Kerloch (1876 – 19??) ?


4e prix :
502
Mocaer : Non identifié, 41e au concours de Brest en 1895, sonnait avec un nommé Menez.
Gourlaouic : Non identifié, sonneur de Rosnoen ou du Faou ?


5e prix :
L’équipe locale :
Gaillard : François Gaillard (1876-1922) de Quimper
Lalaison : Pierre Lalaizon (1842-1927) de Quimper

Une « gavotte jouée par François Gaillard joueur de bombarde à Ergué-Armel » a été collectée par Henri Guillerm (1872-1932) dans Recueil de Mélodies Bretonnes, sd [1908]

Polig Monjarret (1920-2003), publie dans Toniou Breiz-Izel en 1984, page XXVII une version du célèbre An hini goz jouée en gavotte par Gaillard sonneur de Quimper, sans mentionner sa source.


6e prix :
506
Hémidy père : François Hémidy (1850-19??) tisserand à Garsalec en Ergué-Gabéric au biniou
Hémidy fils : Joseph Hémidy (1883-1929) à la bombarde
Pour en savoir plus sur les Hémidy : Le Grand Terrier


7e prix :
507
Volant : François Volant (1862 Ploneour-Lanvern – 19??) bombarde, tailleur
Y. Boissel : Yves Boissel au biniou


8e prix :
Marot de Juch : Jean Marrot (1867-1936), cultivateur au Juch, biniou
Le Hénaff de Goulezien / Goulizon / Goullen suivant les titres : Sonneur non identifié précisément les Le Hénaff sont une famille de sonneur du pays bigouden.


Les membres du jury :
François Rodallec (1849-1935) : Instituteur à Scaër, c’est un habitué des jurys de concours de biniou : Vannes en 1892 et Brest en 1895. Frédéric Le Guyader (1847-1926), écrivain, il vit à Quimper. les autres : Bodereau, Le Fèvre, Denic, Corre me sont inconnus.


Les quinze concurrents posent pour le photographe d’E.L.D.

501

504

La même scène mais cette fois par Villard photographe quimperois :

6876

La série de cartes postales E. L. D. porte comme titre « En Bretagne » et inclut à ma connaissance, les n° suivants : n° 497 (Les luttes), comme le 496 sur le même sujet, il y avait bien au programme une épreuve de lutte, ainsi que les n° 501 (Les sonneurs réunis) – 502 (Sonneurs de Rosnoen) – 503 (Sonneurs de Pont-l’Abbé) – 504 (sonneurs réunis) – 505 (Sonneurs de Scaër – 1er prix) – 506 (Sonneurs d’Ergué-Gaberic) – 507 (Sonneurs de Plonéour et Tréogat).

497

A priori, il me manque les n° 498, 499 et 500 qui doivent concerner aussi cette fête quimpéroise. De même que je ne sais pas qu’elles sont les numéros de début et de fin de cette série. Si tous les concurrents ont été photographiés, ce qui est très probable, par E.L.D. les cartes manquantes sont à trouver…

Les cartes de la collections Villard photographe de Quimper, n’ont pas une numérotation constante, le même n° étant réutilisé sur d’autres sujets, impossible donc de suivre la numérotation.


CMCB 322

Cette vue, à pour moi été prise a l’occasion de ce concours de 1908 à Quimper. On reconnait la place, avec le public et la rangée d’arbres derrière, les sonneurs restent à identifier.

Quimper 1908 programme

Publicités

4 réactions sur “Quimper, 1908

  1. Concernant Hémidy père et fils, mon grand père natif d’Ergué Gabéric, il les avait demandé pour venir sonner à son mariage le 12 octobre 1908, mais ils étaient retenus pour la venue du Président de la République à Quimper. Donc il n’a eu qu’ un sonneur d’accordéon. Plus tard dans les années 64/65, nous avions été voir la soeur Hémidy ? qui habitait sur la route de Coray mais les instruments n’étaient plus là. Un membre de la famille tenait un café à Maisons Alfort sur la N19 mais je n’ai jamais eu d’information alors que j’habitais à Maisons Alfort jusqu’en 2012.
    Pour Fanch Gaillard, Alain Guéguen de Pleuven l’avait bien connu et il jouait souvent du côté de la gare de Quimper pour avoir un peu d’argent.

  2. Coroller de Bannalec, j’ai rencontré sa fille, madame Coroller. Ils habitaient dans la maison familiale rue du Trévoux. Coroller était surnommé Youenn DALL, un fameux sonneur selon Bertrand Tanguy accordéoniste.

    • Et encore meilleur que Gus Salaün, selon Lanig Guéguen. Il a été collecté par des fondateurs de BAS, mais il était alors paralysé et ne pouvait plus sonner.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s