Kenvreuriez Ar Viniouerien Vrezon 1935

 La confrérie des biniouistes

Cette photographie de 1935 présente les membres de la nouvelle association parisienne regroupant les sonneurs bretons, la Kenvreuriez Ar Viniouerien Vrezon, appelée habituellement K. A. V. créée par Hervé Le Menn.

KAV 1935 F
Sans titre2

 

 

 

K. A. V.
Kenvreuriez Ar Viniouerien Vrezon
H. Ar Menn, 39 Faubourg St-Martin, Paris X

Juillet 1935
Offert à Monsieur Le Bodoleg, l’un des plus vieux bardes de Petite Bretagne en souvenir de l’accueil aimable qu’il me fit, jeune barde inconnu.
Hervé Ar Menn
Diskejenn

Ar Voyer – Radenac – Marzin – Audic – Kere [?]
B. Primot – JL Primot – Ar Menn – Poignant

Le destinataire de cette carte est Yves Bodolec (1856-1941). Originaire de Chateaulin, c’est un militant de la cause bretonne dès la fin du XIXe siècle. Barde connu sous le nom de « Korrik ar c’hoat », collaborateur de la revue « An Oaled » et du « Réveil Breton », il est professeur de menuiserie à l’École Boulle à Paris.

Hervé Le Menn indique à son correspondant, sous la photo, les noms des sonneurs :

Ar Voyer (cornemuse) : il s’agit de Dorig Le Voyer (1914-1987), étudiant aux Beaux-Arts de Paris.
Radenac (cornemuse) : Marcel Radenac, originaire de Uzel / La Motte.
Marzin (tambour) : aucune information ?
Audic (cornemuse) : Marcel Audic (1906-1988), pharmacien né à Pontivy [Souvent confondu avec son frère Robert, professeur de breton à Paris, né à Pontivy en 1899 et décédé à Ploaré en 1962]
Kere ? (bombarde) : Le Quéré, le plus âgé, à identifier.
B. Primot (bombarde) et J.-L. Primot (biniou) : aucune information ?
Ar Menn : Hervé Le Menn (biniou)
Poignant (bombarde) : aucune information ?

Hervé Le Menn, est né à Hanvec en 1899, il est le onzième enfant d’une famille d’agriculteur. Suite à sa démobilisation de 1918, de retour à Hanvec, il apprend le métier d’électricien. Il quitte ensuite son Finistère natal à la recherche d’emploi, et est contraint d’émigrer vers la capitale en 1924. Il fréquente rapidement le mouvement breton parisien, et notamment le Cercle Celtique de Paris. Dès 1928, l’idée de regrouper des sonneurs commence à germer. C’est en 1932 que l’association est créée, par : Hervé Le Menn, Marcel Audic (1906-1988), Dorig Le Voyer (1914-1987) et Yves Le Cann (1911-1998) dit Cheun ar Chann, neveu d’Hervé Le Menn.

L’objectif est dans un premier temps de fédérer les sonneurs bretons et de remettre à l’honneur leur musique. Devant la difficulté de regrouper les anciens musiciens, profondément individualistes, Hervé Le Menn décide de former des jeunes. Il recrute principalement chez les étudiants parisiens de la diaspora bretonne. Autre difficulté, le manque d’instruments, pour y pallier il se lance alors dans la fabrication d’instruments (binou, bombarde, cornemuse), il est à cette époque ajusteur aux tramways. La commercialisation des instruments débute dès 1936. Il formera au tournage entre 1932 et 1936 son jeune élève Dorig Le Voyer. L’action de la K. A. V. s’inscrit dans un grand mouvement de rénovation des arts bretons insufflé par les Seiz Breur.

Il semble que Dorig Le Voyer, qui commence lui aussi à produire ses propres instruments en 1937, quitte l’association à cette époque. Il fait alors équipe, lui à la bombarde avec Yann Goulet (1914-1999) à la cornemuse. Le duo fonde le groupe Nevezadur, avec Yves Le Voyer frère de Dorig, formant : des danseurs, des sonneurs, des cours de bretons y sont aussi donnés,  Dorig ne sonnant alors plus pour la K. A. V.

Jusqu’au début de la guerre, la K. A. V. se produit principalement dans la région parisienne, elle ne fait que quelques apparitions en Bretagne, au regret de son président. Elle arrive à rassembler entre cinq et dix sonneurs par sorties, les débuts sont difficiles.

00_03

Source : https://www.facebook.com/BretaniaBzh/

La K. A. V. au sortir de la guerre, entre 1945 et 1949, les effectifs se sont multipliés, pas moins de 16 sonneurs sur cette vue. Hervé Le Menn, à l’extrême droite, avec sa cornemuse deux bourdons et son costume mod Plougastel,  en est toujours le président. Il démissionnera et quittera l’association en 1954, c’est Charles Pletsier (1923-197?) qui lui succède, le 3e en partant de la droite, à la cornemuse.

Sans titre

Lettre à entête de l’association – Hervé Le Menn – cornemuse (1899-1973) et Marcel Audic – bombarde (1906-1988)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s